All Posts By

Grégory Meurisse

Patrick Maurin en est à sa troisième marche de ce genre pour sensibiliser les agriculteurs• Crédits : Lise Verbeke - Radio France

France Culture / Suicide des agriculteurs : un élu marche pour sensibiliser à ce tabou

Dans la presse

France Culture / 19-02-2019 / Le Reportage de la rédaction par Lise Verbeke

Patrick Maurin est conseiller municipal de Marmande (Lot-et-Garonne). Le 10 février, il est parti du Touquet pour rejoindre la Porte de Versailles et le Salon de l’agriculture qui débute samedi prochain. Une nouvelle marche pour alerter sur un sujet encore tabou : le suicide des agriculteurs.

C’est la troisième fois que Patrick Maurin entame ce type de périple. Cette fois, la marche sera de 250km entre Le Touquet et Paris. En septembre dernier, il avait parcouru 540km entre le Lot-et-Garonne et le Morbihan avec en tête, le même objectif : alerter sur la question du suicide des agriculteurs. Lors de sa marche, il recueille les doléances des professionnels qu’il rencontre. Il compte les remettre à Emmanuel Macron lors de l’inauguration du Salon de l’agriculture.

L’origine intime de la démarche

A l’origine de cette marche, un souvenir très personnel de Patrick Maurin : “Mon meilleur ami s’est suicidé il y a une dizaine d’années. Ça m’a mis la puce à l’oreille. Plus largement dans le secteur, il y a une dizaine de personnes qui ont mis fin à leur jour. Je me suis aperçu qu’il y avait un réel problème.” L’élu constate le manque de considération pour les agriculteurs, leur solitude aussi : “Il faut que les paysans soient mieux considérés. Il est temps notamment de dire aux Français : acheter français en premier, aidons nos paysans !”

Les langues mettent du temps à se délier

Lors d’une réunion à Thieulloy l’Abbaye, Patrick Maurin rencontre une dizaine d’agriculteurs avec lesquels il évoque le sujet. Une discussion s’entame mais les langues mettent du temps à se délier. Les agriculteurs évoquent d’abord leurs difficultés financières, les charges qui pèsent, les dettes qui les étranglent. Certains confient vivre avec 800 euros par mois. D’autres s’insurgent contre ce qu’ils appellent “l’agri-bashing”. “On nous prend pour des pollueurs. Moi, le glyphosate, j’en répands sur mes champs, en respectant les normes. Mais je ne suis pas stupide, je le fais bien avant les récoltes. On nous accuse de tous les maux, alors que notre métier est de nourrir les gens. Sans nous, personne ne mange”, s’exclame un jeune paysan qui habite le village. 

Lire la suite sur France Culture

Patrick Maurin à la sortie du Touquet

Patrick Maurin veut porter les doléances au Président

Dans la presse
Publié le , mis à jour
Patrick Maurin est reparti sur les routes de France depuis dimanche 10 février à la rencontre des agriculteurs. Il recueille leurs doléances pour les apporter au Président de la République lors du Salon de l’agriculture.
Patrick Maurin a ressorti son béret et son bâton de marcheur. C’est sa deuxième épopée pour rencontrer les agriculteurs de France. Il avait relié Marmande à Paris en 2016. Cette fois-ci, il est parti le dimanche 10 février depuis Le Touquet, ville de résidence estivale du Président, pour rejoindre la porte de Versailles le 23 février pour l’ouverture du Salon de l’agriculture. Soit une marche de 200 km à pied. Hier, il se trouvait à Équennes-Éramecourt, dans la Somme.
 
Sur son chemin, il rencontre plusieurs agriculteurs pour récolter leurs doléances. Il souhaiterait les remettre en personne au Président Emmanuel Macron, dans ce contexte de Grand Débat national, lors de l’inauguration du Salon. «Ça n’a pas beaucoup changé depuis mon premier périple, commente l’élu de Marmande. Les problématiques restent les mêmes. Des agriculteurs qui se tuent à la tâche en travaillant 75 heures par semaine pour un salaire de 800 €. C’est scandaleux».
 
 
 
https://www.courrier-picard.fr/165208/article/2019-02-10/patrick-maurin-par-les-champs-du-desespoir

Patrick Maurin, par les champs du désespoir

Dans la presse

Le Courrier Picard | Par Pascal Mureau |

Cet élu du sud-ouest a pris le départ d’une nouvelle marche de 227 kilomètres, entre Le Touquet et le Salon de l’Agriculture à Paris, pour sensibiliser les Français au suicide des agriculteurs. Il veut recueillir un maximum de témoignages sur le mal-être de la France rurale qu’il remettra à Emmanuel Macron.

Béret marmandais sur la tête, bâton de berger à la main, il va claudiquant. Une vilaine hernie discale… « Mes douleurs et le froid ne sont rien en comparaison des souffrances que je rencontre », dit-il. En octobre 2018, Patrick Maurin, élu (sans étiquette) de Marmande, avait déjà marché depuis chez lui, dans le Sud-Ouest, jusqu’à Saint-Anne d’Auray, en Bretagne.

Son but ? Témoigner de la détresse du monde rural, qui peut pousser certains agriculteurs au suicide. « J’en suis revenu au fond du trou. Toutes ces personnes qui se sont vidées de leur mal-être sur moi… Pendant quinze jours, je n’ai pas dormi », explique cet ancien enfant de chœur de 66 ans, aujourd’hui non pratiquant mais « toujours porté par la spiritualité. »

Ce dimanche matin, son anorak trempé par la pluie, Patrick Maurin a remis les pieds dans ces « chemins noirs », comme il les appelle, qui mènent vers « une ruralité à l’agonie ». Pour cette nouvelle itinérance, l’ancien cafetier de Bordeaux (il imite à la perfection Chaban-Delmas !) est parti du Touquet, sous le coup des 9 heures, déjà dans la solitude du marcheur, puisque seul le député Daniel Fasquelle (LR) était là. Après une quinzaine d’étapes principalement dans la Somme et l’Oise (en tout 227 km), l’ex-marathonien soutien des Gilets jaunes, compte arriver au Salon de l’Agriculture le jour de son inauguration, pour remettre à Emmanuel Macron des cahiers de doléances qu’il aura fait remplir au fil de ses rencontres.

Lire la suite sur le Courrier Picard

Le marcheur des fils de la terre

Faire un don

Le blog

Tous ensemble, venons en aide aux familles des agriculteurs endeuillées

Puisque rien ne bouge assez vite, alors c’est à nous d’agir en donnant un peu aujourd'hui.

Je donne aujourd'hui pour apporter mon aide à ceux qui en ont besoin.

 

Vous pouvez également faire un don par chèque en l'envoyant à l'adresse suivante :

Le marcheur de l'espoir
Lieu Dit Le Castaing
47200 Marmande

L’intégralité des bénéfices sera reversée pour soutenir financièrement les producteurs en difficulté.

Stripe est conforme à la directive européenne DSP2 et à l’authentification forte du client. Tous les numéros de carte sont chiffrés sur disque avec AES-256. L’infrastructure de Stripe pour le stockage, le déchiffrage et la transmission des numéros de carte s’exécute de manière indépendante, sans partager aucune information sensible avec les services de base de Stripe.

Patrick Maurin au piano

Le marcheur des fils de la terre

Le blog

Je vous propose aujourd’hui de découvrir les marcheurs des fils de la terre.

Ce projet est l’aboutissement de semaines de réflexion pour trouver un hymne à notre cause.
Vous avez été nombreux à me demander s’il était possible de venir financièrement en aide aux agriculteurs en détresse.
L’idée à mûrie progressivement, mais ne voulant pas ouvrir une énième cagnotte en ligne, j’ai décidé de m’investir autrement.
Et surtout personnellement, à l’image de mon combat pour la reconnaissance de ce fléau qu’est le suicide agricole.

Alors, pour venir en aide à tous ces agriculteurs en souffrance, j’ai décidé de réaliser un CD 5 titres pour que chacun d’entre nous participe modestement à cette juste cause, et soutienne ceux qui peinent tant pour nous nourrir.

Pour soutenir ce projet, et lui donner plus de visibilité, j’ai enregistré ce clip vidéo.

On ne s’improvise pas facilement acteur ou chanteur, et il est trop tard pour moi pour embrasser cette profession. Mais, j’ai tenu à donner encore plus de sens dans mon engagement. Alors, à travers ce titre, j’ai mis en chanson tous les sentiments qui bouillonnent en moi. Je ne remercierai jamais Marie-Line pour ces si belles paroles.

Les marcheurs des fils de la terre est le premier extrait de ce mini album. Il est le fruit d’une collaboration avec David Olaizola, véritable icône de la musique traditionnelle basque. Doté d’une voix exceptionnelle, il est devenu l’ambassadeur de la France en général, et du Pays Basque en particulier. Il compose ses textes et mélodies à travers les valeurs de respect, assaisonnés d’une pointe d’humour ou d’émotion.
Ensemble, nous avons produit cet enregistrement.

L’intégralité des bénéfices sera reversée pour soutenir financièrement les producteurs en difficulté.
Puisque rien ne bouge assez vite, alors c’est à nous d’agir.

C’est pourquoi je vous propose de commander à l’association « le marcheur de l’espoir » ce CD en signe de respect et de solidarité. Pour ce faire, vous pouvez utilisez ce bon de commande.

Nous sommes tous les fils de la Terre.

les marcheurs des fils de la terre

Manifestation d'agriculteurs

Constat terrible…

Le blog

Depuis des années, nous entendons dire que l’agriculture française est en crise. Les médias relayent régulièrement cette information, les gouvernements se succèdent en jurant haut et fort vouloir s’emparer de ce sujet préoccupant, et pourtant aujourd’hui encore, nous devons faire face à ce terrible constat : Près d’un agriculteur sur 2 gagne moins de 350 euros par mois.

Le revenu médian de cette profession n’excède guère 1000 euros par mois, soit moins que le salaire minimum de croissance.
Dans des cas extrêmes, un agriculteur ne peut espérer se verser plus de 100 euros par mois.
Alors, beaucoup d’entre eux doivent compter sur leur conjoint salarié à l’extérieur de l’exploitation pour continuer à exister.
Lorsque la météo ne s’en mêle pas, la baisse du prix des matières premières peut rapidement plonger les comptes dans le rouge.
Les catégories de producteurs les plus préoccupantes aujourd’hui sont les éleveurs bovins et laitiers.
Pire encore, les céréaliers que l’on pensait pourtant mieux protégé avouent s’inquiéter pour leur avenir. En moyenne, ils auraient ainsi perdu près de 50000 euros de revenu par an…
Le constat n’en est que plus amer.

Revoir la PAC pour une meilleur redistribution des aides européennes.

Une des thématiques essentielles de la campagne européenne à venir doit être évidemment celle de la PAC, envisagée dans sa version post 2020.
Premier constat, celui d’une meilleure répartition des aides européennes.
Aujourd’hui, celle ci s’opère en fonction de la superficie des exploitations. Or dans un souci d’équité, elle devrait l’être au regard des revenus de l’agriculteur.
Ainsi, elle deviendrait une véritable variable d’ajustement pour une juste rémunération des producteurs.
Alors que la France figure parmi les pays bénéficiant le plus des aides européennes, nombre d’agriculteurs demeurent de nos jours fortement dépendants de celles-ci pour maintenir à flot leur exploitation.

Le constat d’un nécessaire développement des circuits-courts

Une autre piste pour assurer un meilleur revenu aux agriculteurs est la valorisation des circuits courts.
Ils ne représentent actuellement au mieux que 5 à 10% de la consommation française.

Le fait d’accroître cette bonne pratique est un levier idéal pour réconcilier ces deux parties que l’on cherche pourtant à opposer. D’un coté, les consommateurs, d’un coté, soucieux de maîtriser leur budget tout en cherchant à privilégier la qualité des produits. De l’autre, les agriculteurs, trop souvent victimes d’un agribashing des plus virulent ces derniers temps.

  • Les circuits-courts permettent de réduire considérablement le kilométrage alimentaire. On entend ici la moyenne parcourue par les aliments entre le champ du producteur et l’assiette du consommateur.
  • Ils contribuent au rayonnement d’un territoire, en portant à la connaissance du consommateur la richesse et la diversité des produits de sa région.
  • Ils bénéficient aussi au développement local. En apportant une partie des besoins alimentaires, ils sécurisent les approvisionnements et l’économie locale du territoire, en particulier de zones rurales défavorisées.
  • Enfin, en réduisant le nombre d’intermédiaires, ils assurent aux agriculteurs de vendre leur production à un juste prix, tout en offrant au consommateur final une économie non négligeable.

Il y a urgence à assurer un train de vie correct à tous ces agriculteurs, courageux fils de la terre, qui ne comptent pas leurs heures pour simplement nous nourrir.

Cet article est le premier d’une série visant à présenter mes propositions visant à permettre aux agriculteurs de mieux vivre de leur travail et renforcer les actions de prévention du suicide agricole. Il tient compte des premières remontées d’informations issues de ma consultation actuellement en cours.

Parcours de la nouvelle marche citoyenne de Patrick Maurin

Ma nouvelle marche en étapes

Le blog

Les étapes sont définies, et il ne reste plus que quelque jours avant le départ de ma marche citoyenne…

Les mairies hôtes du parcours ont été prévenues, la communication auprès des médias s’organise.

Je partage avec vous les 14 étapes de ma marche hivernale qui me conduiront du Touquet au salon de l’agriculture pour son inauguration.

Peut être connaissez vous dans votre entourage un ami agriculteur qui pourrait m’héberger et partager avec moi votre ressenti sur votre métier ?

Je lance également une invitation à se joindre massivement à moi entre le 10 et le 23 Février pour donner un maximum de visibilité à ce mal être qui ronge nos campagnes.

Des décisions sont prises pour y apporter des solutions, mais les premières réponses à ma consultation en cours sont pourtant sans appel, et le constat lourd de sens : beaucoup trop d’agriculteurs souffrent encore et peinent à vivre de leur métier, de leur passion. Pire encore, beaucoup trop d’entre vous confirment le pourquoi de ma précédente marche : le suicide est bel et bien ce terrible fléau qui frappe cette profession.

Bientôt, une carte des suicides sera mise en plus sur mon site pour illustrer cette sombre réalité.

Si les chiffres ne suffisent pas, le choc d’une image s’impose alors : celle des ravages d’une Faucheuse, qui, naguère outil symbole d’un agriculteur sans qui un pays ne pouvait se nourrir, s’est muée en un funeste compteur sur lequel on veut désormais fermer les yeux.

Patrick Maurin, plus déterminé que jamais.

Lien vers les étapes de ma marche : Mon parcours

Lien vers ma consultation : Consultation en cours

Patrick Maurin à son arrivée de la marche citoyenne précédente, à Sainte-Anne d'Auray en octobre dernier, accompagné ici de plusieurs agriculteurs.

Suicide agricole, Patrick Maurin se remet en marche jusqu’au salon de l’agriculture

Dans la presse

Source : Wikiagri , par Jeandey Antoine le 17 Janvier 2019

L’élu de Marmande qui avait, en septembre et octobre derniers, été l’auteur d’une marche citoyenne pour dénoncer le suicide en agriculture a décidé de rechausser ses souliers en février 2019, du Touquet à Paris cette fois, avec arrivée au salon de l’agriculture le jour de son inauguration. Avec l’espoir d’y croiser le Président de la République pour lui remettre les doléances des familles endeuillées.

Patrick Maurin avait marché de Marmande, dans le sud-ouest, jusqu’à Sainte-Anne d’Auray, en Bretagne, en 22 jours en septembre et octobre 2018. WikiAgri s’en était largement fait l’écho (cliquez ici pour retrouver l’ensemble des articles), et avait rapporté combien l’élu de Marmande s’était trouvé imprégné d’une cause nouvelle pour lui, consistant à dénoncer la misère des campagnes, pouvant mener jusqu’au suicide en agriculture. Au mois de février, il va remettre ça.

Il prévoit ainsi un trajet totalement différent. Il partira du Touquet, ville où Emmanuel Macron a sa maison, le dimanche 10 février 2019, pour rallier Paris, et plus précisément la porte de Versailles, le jour de l’inauguration du salon de l’agriculture, le samedi 23 février. Avec l’espoir que le Président de la République puisse satisfaire à la tradition de cette sortie publique (difficile d’anticiper sur le contexte social à l’heure où ces lignes sont écrites), et qu’il soit possible de le rencontrer à cette occasion. Clairement, le message doit désormais être délivré au Président de la République.

Lire la suite sur Wikiagri

Patrick MAURIN est commerçant à la retraite et conseiller municipal de Marmande

Lancement de la consultation sur l’état des lieux de l’agriculture en 2019

Le blog

Vous avez été nombreux à me suivre et m’encourager pour ma marche citoyenne contre le suicide dans le monde agricole.

Petit fils d’agriculteur, moi même endeuillé par la perte d’un proche, je suis sorti très affecté de cette épreuve.
J’ai pu le long des 21 étapes de mon parcours approcher, côtoyer la souffrance d’un monde naguère respecté, aujourd’hui peu à peu oublié, pire encore parfois même décrié.

Je vous propose à présent de répondre très brièvement à ce questionnaire, consultation crée dans le but de recueillir vos doléances et attentes d’un pouvoir politique qui s’est dit être à votre écoute.

Les résultats de cette enquête seront remis au Président de la République lors de l’inauguration du salon de l’agriculture le 23 février prochain.
Sans compromis et sincère, cette initiative a pour finalité de faire prendre conscience au chef de l’État les souffrances de votre quotidien.

Je vous remercie dès à présent pour le temps que vous pourrez consacrer à ce questionnaire.

Lien vers la consultation

Patrick Maurin