Browsing Category

Dans la presse

Patrick Maurin en est à sa troisième marche de ce genre pour sensibiliser les agriculteurs• Crédits : Lise Verbeke - Radio France

France Culture / Suicide des agriculteurs : un élu marche pour sensibiliser à ce tabou

Dans la presse

France Culture / 19-02-2019 / Le Reportage de la rédaction par Lise Verbeke

Patrick Maurin est conseiller municipal de Marmande (Lot-et-Garonne). Le 10 février, il est parti du Touquet pour rejoindre la Porte de Versailles et le Salon de l’agriculture qui débute samedi prochain. Une nouvelle marche pour alerter sur un sujet encore tabou : le suicide des agriculteurs.

C’est la troisième fois que Patrick Maurin entame ce type de périple. Cette fois, la marche sera de 250km entre Le Touquet et Paris. En septembre dernier, il avait parcouru 540km entre le Lot-et-Garonne et le Morbihan avec en tête, le même objectif : alerter sur la question du suicide des agriculteurs. Lors de sa marche, il recueille les doléances des professionnels qu’il rencontre. Il compte les remettre à Emmanuel Macron lors de l’inauguration du Salon de l’agriculture.

L’origine intime de la démarche

A l’origine de cette marche, un souvenir très personnel de Patrick Maurin : “Mon meilleur ami s’est suicidé il y a une dizaine d’années. Ça m’a mis la puce à l’oreille. Plus largement dans le secteur, il y a une dizaine de personnes qui ont mis fin à leur jour. Je me suis aperçu qu’il y avait un réel problème.” L’élu constate le manque de considération pour les agriculteurs, leur solitude aussi : “Il faut que les paysans soient mieux considérés. Il est temps notamment de dire aux Français : acheter français en premier, aidons nos paysans !”

Les langues mettent du temps à se délier

Lors d’une réunion à Thieulloy l’Abbaye, Patrick Maurin rencontre une dizaine d’agriculteurs avec lesquels il évoque le sujet. Une discussion s’entame mais les langues mettent du temps à se délier. Les agriculteurs évoquent d’abord leurs difficultés financières, les charges qui pèsent, les dettes qui les étranglent. Certains confient vivre avec 800 euros par mois. D’autres s’insurgent contre ce qu’ils appellent “l’agri-bashing”. “On nous prend pour des pollueurs. Moi, le glyphosate, j’en répands sur mes champs, en respectant les normes. Mais je ne suis pas stupide, je le fais bien avant les récoltes. On nous accuse de tous les maux, alors que notre métier est de nourrir les gens. Sans nous, personne ne mange”, s’exclame un jeune paysan qui habite le village. 

Lire la suite sur France Culture

Patrick Maurin à la sortie du Touquet

Patrick Maurin veut porter les doléances au Président

Dans la presse
Publié le , mis à jour
Patrick Maurin est reparti sur les routes de France depuis dimanche 10 février à la rencontre des agriculteurs. Il recueille leurs doléances pour les apporter au Président de la République lors du Salon de l’agriculture.
Patrick Maurin a ressorti son béret et son bâton de marcheur. C’est sa deuxième épopée pour rencontrer les agriculteurs de France. Il avait relié Marmande à Paris en 2016. Cette fois-ci, il est parti le dimanche 10 février depuis Le Touquet, ville de résidence estivale du Président, pour rejoindre la porte de Versailles le 23 février pour l’ouverture du Salon de l’agriculture. Soit une marche de 200 km à pied. Hier, il se trouvait à Équennes-Éramecourt, dans la Somme.
 
Sur son chemin, il rencontre plusieurs agriculteurs pour récolter leurs doléances. Il souhaiterait les remettre en personne au Président Emmanuel Macron, dans ce contexte de Grand Débat national, lors de l’inauguration du Salon. «Ça n’a pas beaucoup changé depuis mon premier périple, commente l’élu de Marmande. Les problématiques restent les mêmes. Des agriculteurs qui se tuent à la tâche en travaillant 75 heures par semaine pour un salaire de 800 €. C’est scandaleux».
 
 
 
https://www.courrier-picard.fr/165208/article/2019-02-10/patrick-maurin-par-les-champs-du-desespoir

Patrick Maurin, par les champs du désespoir

Dans la presse

Le Courrier Picard | Par Pascal Mureau |

Cet élu du sud-ouest a pris le départ d’une nouvelle marche de 227 kilomètres, entre Le Touquet et le Salon de l’Agriculture à Paris, pour sensibiliser les Français au suicide des agriculteurs. Il veut recueillir un maximum de témoignages sur le mal-être de la France rurale qu’il remettra à Emmanuel Macron.

Béret marmandais sur la tête, bâton de berger à la main, il va claudiquant. Une vilaine hernie discale… « Mes douleurs et le froid ne sont rien en comparaison des souffrances que je rencontre », dit-il. En octobre 2018, Patrick Maurin, élu (sans étiquette) de Marmande, avait déjà marché depuis chez lui, dans le Sud-Ouest, jusqu’à Saint-Anne d’Auray, en Bretagne.

Son but ? Témoigner de la détresse du monde rural, qui peut pousser certains agriculteurs au suicide. « J’en suis revenu au fond du trou. Toutes ces personnes qui se sont vidées de leur mal-être sur moi… Pendant quinze jours, je n’ai pas dormi », explique cet ancien enfant de chœur de 66 ans, aujourd’hui non pratiquant mais « toujours porté par la spiritualité. »

Ce dimanche matin, son anorak trempé par la pluie, Patrick Maurin a remis les pieds dans ces « chemins noirs », comme il les appelle, qui mènent vers « une ruralité à l’agonie ». Pour cette nouvelle itinérance, l’ancien cafetier de Bordeaux (il imite à la perfection Chaban-Delmas !) est parti du Touquet, sous le coup des 9 heures, déjà dans la solitude du marcheur, puisque seul le député Daniel Fasquelle (LR) était là. Après une quinzaine d’étapes principalement dans la Somme et l’Oise (en tout 227 km), l’ex-marathonien soutien des Gilets jaunes, compte arriver au Salon de l’Agriculture le jour de son inauguration, pour remettre à Emmanuel Macron des cahiers de doléances qu’il aura fait remplir au fil de ses rencontres.

Lire la suite sur le Courrier Picard

Patrick Maurin à son arrivée de la marche citoyenne précédente, à Sainte-Anne d'Auray en octobre dernier, accompagné ici de plusieurs agriculteurs.

Suicide agricole, Patrick Maurin se remet en marche jusqu’au salon de l’agriculture

Dans la presse

Source : Wikiagri , par Jeandey Antoine le 17 Janvier 2019

L’élu de Marmande qui avait, en septembre et octobre derniers, été l’auteur d’une marche citoyenne pour dénoncer le suicide en agriculture a décidé de rechausser ses souliers en février 2019, du Touquet à Paris cette fois, avec arrivée au salon de l’agriculture le jour de son inauguration. Avec l’espoir d’y croiser le Président de la République pour lui remettre les doléances des familles endeuillées.

Patrick Maurin avait marché de Marmande, dans le sud-ouest, jusqu’à Sainte-Anne d’Auray, en Bretagne, en 22 jours en septembre et octobre 2018. WikiAgri s’en était largement fait l’écho (cliquez ici pour retrouver l’ensemble des articles), et avait rapporté combien l’élu de Marmande s’était trouvé imprégné d’une cause nouvelle pour lui, consistant à dénoncer la misère des campagnes, pouvant mener jusqu’au suicide en agriculture. Au mois de février, il va remettre ça.

Il prévoit ainsi un trajet totalement différent. Il partira du Touquet, ville où Emmanuel Macron a sa maison, le dimanche 10 février 2019, pour rallier Paris, et plus précisément la porte de Versailles, le jour de l’inauguration du salon de l’agriculture, le samedi 23 février. Avec l’espoir que le Président de la République puisse satisfaire à la tradition de cette sortie publique (difficile d’anticiper sur le contexte social à l’heure où ces lignes sont écrites), et qu’il soit possible de le rencontrer à cette occasion. Clairement, le message doit désormais être délivré au Président de la République.

Lire la suite sur Wikiagri

La mort est dans le pré, par Julie GUÉRINEAU

Dans la presse

Béret noir et sac rouge sur le dos, en octobre dernier, Patrick Maurin, 65 ans, a traversé la France avec son bâton de pèlerin. Une marche de 520 kilomètres de Gontaud-de-Nogaret (Lot-et-Garonne) à Sainte-Anne-d’Auray (Morbihan) pour sensibiliser la population et les pouvoirs publics au suicide dans le milieu agricole. « Je veux que tout le monde se rende compte de ce qui se passe dans nos campagnes, du malaise de nos agriculteurs. On râle sur le prix des patates sans se demander dans quelles conditions vivent ceux qui nous nourrissent. »

L’engagement de ce conseiller municipal de Marmande a débuté il y a tout juste 10 ans, en décembre 2008, après que l’un de ses meilleurs amis se soit pendu. Depuis, neuf autres agriculteurs ont mis fin à leurs jours dans le même petit village de Gontaud-de-Nogaret, 1500 habitants. « Depuis que Bruno Lemaire, alors ministre de l’Agriculture, en a fait une grande cause nationale en 2011, le phénomène n’a fait qu’augmenter », déplore l’élu.

Lire la suite sur boudulemag.com

Patrick Maurin se définit comme l’ambassadeur de ces agriculteurs en détresse

Il a marché contre le suicide des agriculteurs : “Je suis devenu leur ambassadeur”

Dans la presse

Le Lot-et-Garonnais Patrick Maurin termine dimanche sa marche citoyenne, mais poursuit sa campagne de sensibilisation au suicide dans le monde agricole. Il est devenu la star des réseaux.

Sud ouest / Publié le . Mis à jour par Propos recueillis par Élodie viguier.

Un périple de 540 kilomètres. Tout autant d’anecdotes. Le conseiller municipal marmandais Patrick Maurin termine dimanche sa marche citoyenne, visant à sensibiliser les Français aux suicides dans le monde agricole.

Depuis Gontaud-de-Nogaret jusqu’à Sainte-Anne-d’Auray, dans le Morbihan en Bretagne, il a écumé les rencontres, les partages et les émotions sous l’œil des caméras, nombreuses à le suivre dans ses péripéties. Loin d’imaginer que son initiative pouvait autant fédérer, l’élu raconte à « Sud Ouest » sa fierté, au 18e jour de sa marche.
« Sud Ouest »

Comment vous sentez-vous après avoir avalé 420 kilomètres ?
Patrick Maurin. Je suis en pleine forme. Je vis une aventure extraordinaire, riche en témoignages. Je ne m’attendais pas à une telle solidarité… Énormément de personnes frappées par cette détresse agricole viennent à ma rencontre. Ils m’accompagnent sur quelques kilomètres ou bien me retrouvent à l’issue de l’étape pour me conter ce qu’ils ont vécu, ce qu’ils vivent. Je suis également surpris et enchanté qu’autant de médias nationaux aient choisi de me donner la parole. Demain, d’ailleurs, c’est TF1 qui vient…

Lire la suite sur sudouest.fr

patrick-maurin-beret-recu-a-avy-par-le-depute-le-maire-et-le-conseiller-departemental

Sur la route pour la cause des agriculteurs

Dans la presse

Sud Ouest / Publié le par Nadine Julliard. Photo N. J.

Patrick Maurin est sur la route. Il marche. Ni par idée politique ni en pèlerinage. Il marche pour soutenir les agriculteurs en souffrance et dénoncer les multiples suicides de ces désespérés. Samedi dernier, il a fait halte à Avy. Le jeudi précédent, il était à Montguyon.

Officiellement, un agriculteur se donne la mort tous les deux jours. « Mais c’est beaucoup plus en réalité, puisqu’en 2016, ce sont 730 décès qui ont été constatés. » Lui, a perdu son meilleur ami, il y a dix ans. Et dans sa petite bourgade de 1 500 habitants près de Marmande, dix agriculteurs se sont suicidés en dix ans. « Il faut faire quelque chose », martèle-t-il

Lire la suite sur Sudouest.fr

 

Un élu de Marmande marche contre les suicides des agriculteurs

Un élu de Marmande marche contre les suicides des agriculteurs

Dans la presse

Le conseiller municipal de 65 ans, qui a commencé dimanche son périple de 540 km, veut alerter le grand public sur le fléau du suicide dans le milieu agricole.

Le Parisien|Denis Granjou| 26 septembre 2018, 10h23

À 65 ans, Patrick Maurin, conseiller municipal de Marmande (Lot-et-Garonne) et commerçant à la retraite, a décidé de se lancer dans une marche pour sensibiliser l’opinion au drame du suicide dans le monde agricole. Débuté dimanche, son périple doit le conduire jusqu’à la basilique de Sainte-Anne-d’Auray (Morbihan), à 540 km, où il participera à une messe en présence de familles de disparus.

« Je vais marcher 24 km chaque jour uniquement sur des petites routes de campagne », explique-t-il en réajustant son sac à dos en bordure d’un champ de maïs. « Il est grand temps de faire quelque chose pour empêcher que deux agriculteurs se suicident tous les jours parce que le système les a complètement broyés. C’est encore un sujet tabou mais on doit tout faire pour trouver des solutions », ajoute-t-il.

Lire la suite sur leparisien.fr

Ils marchent pour dénoncer le suicide des agriculteurs

Dans la presse

Un élu de Marmande, dans le Lot-et-Garonne, a débuté, dimanche 23 septembre, une marche de 540 kilomètres pour sensibiliser le grand public au suicide des paysans.

La Croix – Frédérique Schneider , le 25/09/2018 à 16h47

« Nous sommes partis dimanche 23 septembre de Gontaud-de-Nogaret après la messe donnée pour les familles de paysans endeuillées par un suicide », témoigne Patrick Maurin, à l’initiative de cette marche de 540 kilomètres entre le Lot-et-Garonne et le Morbihan. Ce jour-là, ils sont une trentaine – agriculteurs, associations, sportifs et élus locaux – à avoir pris la route pour attirer l’attention du grand public sur ce fléau qui touche depuis de nombreuses années le monde agricole.

« Demain, nous serons à Castillon-la-Bataille et, à chaque étape, il faudra rassembler des gens. Nous distribuons des tracts et discutons avec ceux que nous rencontrons pour les inciter à nous suivre », confie Patrick Maurin. Cet homme de 65 ans qui a été enfant de chœur et a joué de l’orgue à l’église jusqu’à 24 ans se dit confiant. La foi le guide et porte cette marche qu’il a voulue citoyenne et « spirituelle ».

Sensibiliser au mal-être agricole

« J’ai pris brutalement conscience de ce phénomène il y a dix ans lorsque, Christian, mon ami d’enfance, s’est suicidé, témoigne Patrick Maurin. Il n’arrivait pas à faire face à ses dettes. Et le jour où on lui a annoncé la saisie de ses vaches laitières, il a mis fin à ses jours. Il avait 58 ans et était père de trois filles. »

Lire la suite sur la-croix.com

Le conseiller municipal Modem Patrick Maurin. / Jean-Christophe Wasner/Sud Ouest/Maxppp

Ils marchent pour dénoncer le suicide des agriculteurs

Dans la presse

Un élu de Marmande, dans le Lot-et-Garonne, a débuté, dimanche 23 septembre, une marche de 540 kilomètres pour sensibiliser le grand public au suicide des paysans.

La Croix /

Frédérique Schneider, le 25/09/2018 à 16h47
 

« Nous sommes partis dimanche 23 septembre de Gontaud-de-Nogaret après la messe donnée pour les familles de paysans endeuillées par un suicide », témoigne Patrick Maurin, à l’initiative de cette marche de 540 kilomètres entre le Lot-et-Garonne et le Morbihan. Ce jour-là, ils sont une trentaine – agriculteurs, associations, sportifs et élus locaux – à avoir pris la route pour attirer l’attention du grand public sur ce fléau qui touche depuis de nombreuses années le monde agricole.

« Demain, nous serons à Castillon-la-Bataille et, à chaque étape, il faudra rassembler des gens. Nous distribuons des tracts et discutons avec ceux que nous rencontrons pour les inciter à nous suivre », confie Patrick Maurin. Cet homme de 65 ans qui a été enfant de chœur et a joué de l’orgue à l’église jusqu’à 24 ans se dit confiant. La foi le guide et porte cette marche qu’il a voulue citoyenne et « spirituelle ».

Lire la suite sur la-croix.com/