Browsing Category

Dans la presse

Radio 4 – Interview du 03/10/2019 – Carte des suicides agricoles

Dans la presse

J’intervenais ce matin au micro de Radio4 pour présenter le lancement de la carte des suicides agricoles récemment mise en place sur mon site internet.
Celle ci est destinée à alerter et provoquer une véritable prise de conscience.
Elle ne sera efficace qu’avec la contribution de chacun
Plus que jamais, que vous soyez de la famille, un ami, une relation, je vous remercie de nous aider à alimenter cette carte en nous signalant la perte d’un proche, toute aussi douloureuse soit cette démarche…
Un prénom, un lieu, un age et l’année du drame qui nous touche tous suffisent…

Voir la carte

Suicide des agriculteurs : l’association “Deux mains pour demain” brise le tabou

Dans la presse

Une antenne de l’association Deux mains pour demain, fondée par des agriculteurs, a ouvert dans le Lot-et-Garonne. L’objectif : libérer la parole des paysans, encore trop nombreux à sombrer en silence.

Le mal-être des agriculteurs, Patrick Maurin en parle depuis longtemps. Bien avant la sortie du film “Au nom de la Terre”, d’Edouard Bergeon et Guillaume Canet qui portent à l’écran la souffrance des paysans, le conseiller municipal de Marmande, (Lot-et-Garonne) avait entrepris une longue marche pour alerter sur les suicides agricoles.
 

Près de deux suicides chaque jour

“Même si j’ai pu être entendu par le président de la République, le ministre de l’agriculture, nous avons toujours des suicides tous les jours”, commente amèrement l’élu municipal. Les chiffres sont éloquents : chaque jour, près de deux agriculteurs se donnent la mort. “C’est énorme, c’est inadmissible”. 

De cette audition avec le chef de l’Etat est né un projet de table ronde, prévu au mois de mai 2020, au cours duquel Patrick Morin devrait présenter un projet de loi pour favoriser le recours aux circuits courts et réviser les modes de culture. 

Lire la suite sur France3.fr

Malaise mortifère des paysans : dans les champs, la faucheuse continue de sévir

Dans la presse

Ce mercredi, sort le film “Au Nom de la Terre” qui évoque le mal-être des agriculteurs les poussant parfois à l’extrême. Près de deux paysans se suicident en France par jour.

Quand Patrick Maurin a commencé à marcher, sac au dos, béret enfoncé sur les sourcils, la mort de son meilleur ami accrochée au cœur, les statistiques de la Mutuelle sociale agricole (MSA) faisaient état d’un suicide d’agriculteur tous les deux jours. Des chiffres de 2011. Début septembre 2019, la réactualisation se révèle glaçante : 605 décès par suicide chez les paysans (496 hommes et 109 femmes). Le sac à dos de Patrick Maurin pèse encore plus. Une raison supplémentaire pour ce conseiller municipal de Marmande (47) de continuer le combat « pour éveiller les consciences, car le paysan meurt en silence. Et surtout pour que l’État et les pouvoirs publics prennent le fléau à bras-le-corps. »

Un fléau qui ne date pas d’aujourd’hui mais qui s’amplifie, fluctuant à la marge quand les crises, comme celle du lait en 2016 et 2017, engloutissent les espoirs de faire du chiffre et de rembourser les dettes.

Lire la suite sur Sudouest.fr

Lot-et-Garonne : Patrick Maurin s’enchaîne aux grilles de l’Assemblée nationale

Dans la presse

Venu manifester contre l’accord avec le Mercosur, l’élu marmandais a mené une nouvelle action coup de poing, ce mercredi à Paris

Il marche, il chante, et il s’enchaîne. On n’arrête plus le conseiller municipal marmandais Patrick Maurin, dès lors qu’il s’agit de défendre la cause agricole. 

Venu rencontrer ce mercredi les députés pour leur dire tout le mal qu’il pense du traité du Mercosur, qui “va à l’encontre de nos règles actuelles d’alimentation, basée sur la qualité et respectueuse de l’environnement”, l’élu s’est menotté aux grilles de l’Assemblée nationale. 

 

“Que va-t-il advenir de nos éleveurs ? 30 000 éleveurs vont faire faillite, 50 000 personnes sur le carreau. Je dis non à l’accord dans sa forme actuelle”, s’indigne le marcheur, sur sa page Facebook.

Lire la suite sur Sudouest.fr

http://www.courrier-picard.fr/165208/article/2019-02-10/patrick-maurin-par-les-champs-du-desespoir

Patrick Maurin marche jusqu’au lac de Caussade

Dans la presse

Infatigable, je le suis, et à l’image des évolutions positives dans le dossier du lac de Caussade, je ne cesserai mon combat que lorsque TOUS les agriculteurs pourront enfin vivre dignement de leur métier.
Je partirai de Marmande le 1er septembre pour une nouvelle marche sur les routes du Lot-et-Garonne.
Pendant 14 jours et 350 kilomètres, j’irais à la rencontre des maires et des citoyens pour tenter de changer les regards sur la ruralité et la promouvoir.
Il est temps de recréer le lien entre l’agriculture et la ruralité, lien mis à mal ces derniers temps avec les multiples attaques sous fond d’agribashing.

© Sputnik . Ирина Калашникова

Macron face au désarroi des agriculteurs

Dans la presse

Un agriculteur se suicide tous les deux jours en France. Entre impact de l’Union européenne, les prix d’achat trop faibles et des conditions de travail éprouvantes, le mal-être est profond. Sputnik s’est entretenu avec Patrick Maurin, un conseiller municipal parti en croisade pour les paysans français qui a obtenu l’attention du Président.

«Il y a une dizaine d’années, mon meilleur ami, que je connaissais depuis l’enfance et qui était agriculteur, s’est suicidé. Je me suis donc sérieusement interrogé sur la manière dont l’agriculture française était gérée par nos instances dirigeantes. J’ai entrepris de me renseigner et j’ai découvert le nombre très élevé de suicides dans le milieu agricole.»

C’est une histoire tragique qui a motivé Patrick Maurin à agir. Ce conseiller municipal de Marmande dans le Lot-et-Garone, âgé de 65 ans, a multiplié ces dernières années les marches citoyennes pour aller à la rencontre des agriculteurs et connaître les causes de leur mal-être. En France, un agriculteur se suicide tous les deux jours. Une étude publiée par Santé publique France et la Mutualité sociale agricole (MSA) en 2016, s’intéressent à des données portant sur la période 2007 à 2011, avançait que près de 300 agriculteurs s’étaient suicidés en 2010 et 2011. Des données sous-estimées, selon les auteurs. D’après LCI, ce sont près de 800 agriculteurs qui mettent fin à leur jour chaque année en France. Selon France bleu, c’est le métier le plus à risque. La surmortalité par suicide y est de 20 à 30% supérieure à la moyenne de la population et en 2016, «le nombre de passage à l’acte a été multiplié par trois».

Lire la suite sur https://fr.sputniknews.com/

Marmande : cette fois Patrick Maurin va marcher pour le lac de Caussade

Dans la presse

L’affaire du lac de Caussade prend une tournure qui interpelle Patrick Maurin, le marcheur des causes agricoles difficiles. Cette fois ce sera pour défendre le lac de Caussade.

Patrick Maurin va encore marcher. Le conseiller municipal de Marmande a bâti sa réputation sur les pas de son ancien mentor Jean Lassalle, en marchant sur de longues distances pour de bonnes causes, la plus connue qui l’a fait connaître dans la France entière et lui a valu d’obtenir une médaille et de rencontrer le président de la République, Emmanuel Macron, est celle de la sensibilisation au suicide des agriculteurs.

A lire aussi : Le tour du Lot-et-Garonne pour Patrick Maurin

Le monde agricole est la cause première de ses véritables pèlerinages. Et a présent, c’est pour une cause qu’il juge néfaste à l’agriculture du département de lot-et-Garonne qu’il a décidé de reprendre son bâton de pèlerin: la défense du lac de Caussade, cette retenue d’eau qui vise à alimenter en eau les terres des agriculteurs du versant Sud de Villeneuve-sur-Lot mais qui voit la chambre d’agriculture du Lot-et-Garonne, porteuse du projet, en butte avec l’Etat sur cette réalisation. 

Lire la suite sur actu.fr

Marmande : Patrick Maurin repart sur la route… jusqu’au lac de Caussade

Dans la presse

Alors que le président de la Chambre d’agriculture et l’ancien président de la Coordination rurale étaient entendus par les gendarmes, ce lundi matin, l’élu marmandais appelle au “dialogue

C’est un habitué de la marche. Patrick Maurin, conseiller municipal de Marmande, a décidé de “reprendre son bâton de pèlerin”. Encore, serait-on tenter de dire, puisque le Lot-et-Garonnais avait déjà organisé pareil parcours – mais cette fois-ci du Touquet (ville d’Emmanuel Macron) à Paris (où se déroulait le Salon de l’agriculture) – pour alerter sur le suicide des agriculteurs. Dans un communiqué, Patrick Maurin précise :

“La situation autour de la retenue de Caussade est aujourd’hui extrêmement préoccupante et même préjudiciable à l’ensemble des acteurs du dossier. Lundi, Serge Bousquet-Cassagne et Patrick Franken ont été entendus à Agen par les gendarmes de la section de recherche de Bordeaux. (…) Leur bras de fer engagé avec l’État va basculer vers son volet pénal. Face à cette regrettable escalade, plus que jamais, il est nécessaire qu’un dialogue se crée entre les différentes parties de cet inextricable imbroglio.”

Lire l’intégralité de l’article sur Sud Ouest.fr

Patrick Maurin en est à sa troisième marche de ce genre pour sensibiliser les agriculteurs• Crédits : Lise Verbeke - Radio France

France Culture / Suicide des agriculteurs : un élu marche pour sensibiliser à ce tabou

Dans la presse

France Culture / 19-02-2019 / Le Reportage de la rédaction par Lise Verbeke

Patrick Maurin est conseiller municipal de Marmande (Lot-et-Garonne). Le 10 février, il est parti du Touquet pour rejoindre la Porte de Versailles et le Salon de l’agriculture qui débute samedi prochain. Une nouvelle marche pour alerter sur un sujet encore tabou : le suicide des agriculteurs.

C’est la troisième fois que Patrick Maurin entame ce type de périple. Cette fois, la marche sera de 250km entre Le Touquet et Paris. En septembre dernier, il avait parcouru 540km entre le Lot-et-Garonne et le Morbihan avec en tête, le même objectif : alerter sur la question du suicide des agriculteurs. Lors de sa marche, il recueille les doléances des professionnels qu’il rencontre. Il compte les remettre à Emmanuel Macron lors de l’inauguration du Salon de l’agriculture.

L’origine intime de la démarche

A l’origine de cette marche, un souvenir très personnel de Patrick Maurin : “Mon meilleur ami s’est suicidé il y a une dizaine d’années. Ça m’a mis la puce à l’oreille. Plus largement dans le secteur, il y a une dizaine de personnes qui ont mis fin à leur jour. Je me suis aperçu qu’il y avait un réel problème.” L’élu constate le manque de considération pour les agriculteurs, leur solitude aussi : “Il faut que les paysans soient mieux considérés. Il est temps notamment de dire aux Français : acheter français en premier, aidons nos paysans !”

Les langues mettent du temps à se délier

Lors d’une réunion à Thieulloy l’Abbaye, Patrick Maurin rencontre une dizaine d’agriculteurs avec lesquels il évoque le sujet. Une discussion s’entame mais les langues mettent du temps à se délier. Les agriculteurs évoquent d’abord leurs difficultés financières, les charges qui pèsent, les dettes qui les étranglent. Certains confient vivre avec 800 euros par mois. D’autres s’insurgent contre ce qu’ils appellent “l’agri-bashing”. “On nous prend pour des pollueurs. Moi, le glyphosate, j’en répands sur mes champs, en respectant les normes. Mais je ne suis pas stupide, je le fais bien avant les récoltes. On nous accuse de tous les maux, alors que notre métier est de nourrir les gens. Sans nous, personne ne mange”, s’exclame un jeune paysan qui habite le village. 

Lire la suite sur France Culture