Patrick Maurin et Olivier Damaison sur les chemins du Lot-et-Garonne

Prévention du suicide agricole : mise en place d’une mission gouvernementale

Le blog

[Prévention]

A l’heure où notre pays a mis en place des mesures exceptionnelles pour stopper la propagation du COVID-19, je n’oublie pas pour autant mes amis agriculteurs.
Les regards vont à nouveau se porter vers nos paysans, car c’est avec eux que se jouera le maintien de nos réserves alimentaires, dont la solidité à été mise à l’épreuve ces derniers jours.
Ce regain d’intérêt ne devra pas faire oublier toutes les difficultés rencontrées et qui poussent encore trop d’entre eux à commettre l’irréparable.
Note : cette vidéo a été enregistrée avant l’annonce des mesures de confinement partiel. Toutes mes pensées vont vers les familles touchées actuellement par ce virus.
#jecontinue #suicide #prevention

Pour aller plus loin sur ce sujet : 

https://www.sudouest.fr/2020/03/10/suicide-chez-les-agriculteurs-le-depute-damaisin-part-en-mission-7304221-10142.php

https://www.terre-net.fr/actualite-agricole/politique-syndicalisme/article/mission-mal-etre-des-agriculteur-mieux-comprendre-mieux-connaitre-et-mieux-prevenir-205-167204.html

Mes chèr(e)s ami(es),

Comme vous le savez toutes et tous déjà, je me suis engagé très tôt dans la lutte pour dénoncer la détresse agricole.

Afin de mieux la prévenir, il m’a fallu comprendre les nombreuses difficultés rencontrées par une profession que l’on dit aujourd’hui stigmatisée.

Je me plaît à comparer le domaine de l’agriculture à celui de la médecine mais aussi de l’enseignement. Dans tous les cas, celui ou celle qui exerce son métier avec passion se met au service des autres. Que l’on cherche à guérir son prochain, ou bien que l’on veuille transmettre à un enfant un savoir essentiel,pour moi, c’est le sens du partage qui prédomine.

Au fil de mes rencontres, après avoir parcouru tant de kilomètres durant ces dernières années, j’ai compris que l’agriculteur cherche quant à lui à partager son amour de la terre, de ses bêtes, de son métier, et cela, contre vent et marées.

Et pourtant les obstacles à ce si bel accomplissement sont nombreux. Pression financière, endettement démesuré, difficultés liés à la transmission, ou bien simplement évènements de la vie, pris ensemble ou séparément, tout peut concourir au geste fatal, celui que je dénonce avec autant de forces et d’engagements.

Dès lors, je me réjouis aujourd’hui qu’une mission sur la prévention et l’accompagnement des difficultés rencontrées par les agriculteurs soit confiée à un député de mon département, celui du Lot-et-Garonne, en la personne d’Olivier Damaisin.

Lorsque de ma rencontre avec le Président de la République, cette piste avait déjà été évoquée, et depuis, j’ai souvent pesté de ne pas voir les choses avancer plus rapidement en ce sens.

Malgré tout, j’ai préféré ne pas perdre de temps, et de mon coté, durant ces longs mois d’attente, j’ai travaillé en amont sur ce sujet que je ne connais que trop bien.

Grace à mon action de terrain, j’ai accumulé un grand nombre de connaissances. J’ai très vite été sensibilisé sur l’importance de sensibiliser et de former ceux qui sont chargés d’intervenir auprès des agriculteurs. Dès l’année dernière, j’avais manifesté mon intérêt pour la création d’un réseau micro-local pouvant entourer ceux qui donnent des signes avant-coureurs de fragilité, permettant de prévenir plus efficacement le suicide agricole. De plus, j’ai très vite compris la nécessité de travailler sur un maillage efficient de notre territoire pour contribuer à un meilleur accompagnement des agriculteurs par tous les acteurs chargés d’intervenir auprès d’eux.

Toute cette expertise, je suis heureux d’avoir la possibilité de la partager dès à présent avec un membre de notre représentation nationale. Un parlementaire avec qui j’ai déjà eu l’occasion de travailler sur cette thématique qui me préoccupe tant.

Je n’insisterais jamais assez sur l’importance de mieux informer nos paysans en difficultés sur l’ensemble des aides mises à leur disposition. Je sais déjà que le dispositif n’est pas parfait, qu’il existe encore de nombreux trous dans la raquette, les nombreuses critiques contre la MSA en sont d’ailleurs l’illustration parfaite.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply