Browsing Tag

Lac

Marmande : cette fois Patrick Maurin va marcher pour le lac de Caussade

Dans la presse

L’affaire du lac de Caussade prend une tournure qui interpelle Patrick Maurin, le marcheur des causes agricoles difficiles. Cette fois ce sera pour défendre le lac de Caussade.

Patrick Maurin va encore marcher. Le conseiller municipal de Marmande a bâti sa réputation sur les pas de son ancien mentor Jean Lassalle, en marchant sur de longues distances pour de bonnes causes, la plus connue qui l’a fait connaître dans la France entière et lui a valu d’obtenir une médaille et de rencontrer le président de la République, Emmanuel Macron, est celle de la sensibilisation au suicide des agriculteurs.

A lire aussi : Le tour du Lot-et-Garonne pour Patrick Maurin

Le monde agricole est la cause première de ses véritables pèlerinages. Et a présent, c’est pour une cause qu’il juge néfaste à l’agriculture du département de lot-et-Garonne qu’il a décidé de reprendre son bâton de pèlerin: la défense du lac de Caussade, cette retenue d’eau qui vise à alimenter en eau les terres des agriculteurs du versant Sud de Villeneuve-sur-Lot mais qui voit la chambre d’agriculture du Lot-et-Garonne, porteuse du projet, en butte avec l’Etat sur cette réalisation. 

Lire la suite sur actu.fr

Marmande : Patrick Maurin repart sur la route… jusqu’au lac de Caussade

Dans la presse

Alors que le président de la Chambre d’agriculture et l’ancien président de la Coordination rurale étaient entendus par les gendarmes, ce lundi matin, l’élu marmandais appelle au “dialogue

C’est un habitué de la marche. Patrick Maurin, conseiller municipal de Marmande, a décidé de “reprendre son bâton de pèlerin”. Encore, serait-on tenter de dire, puisque le Lot-et-Garonnais avait déjà organisé pareil parcours – mais cette fois-ci du Touquet (ville d’Emmanuel Macron) à Paris (où se déroulait le Salon de l’agriculture) – pour alerter sur le suicide des agriculteurs. Dans un communiqué, Patrick Maurin précise :

“La situation autour de la retenue de Caussade est aujourd’hui extrêmement préoccupante et même préjudiciable à l’ensemble des acteurs du dossier. Lundi, Serge Bousquet-Cassagne et Patrick Franken ont été entendus à Agen par les gendarmes de la section de recherche de Bordeaux. (…) Leur bras de fer engagé avec l’État va basculer vers son volet pénal. Face à cette regrettable escalade, plus que jamais, il est nécessaire qu’un dialogue se crée entre les différentes parties de cet inextricable imbroglio.”

Lire l’intégralité de l’article sur Sud Ouest.fr