Tendre la main face au désespoir

Le blog

Cette semaine, je souhaite mettre en lumière l’action engagée par une association extrêmement active dans un département voisin du mien.
Crée par l’infatigable Guy Serès en 1993, le samu social agricole du Gers a vocation dès le départ d’intervenir auprès des créanciers d’agriculteurs en situation de détresse.
Et la tache n’est pas de tout repos, chaque année, la structure s’occupe d’une somme qui varie entre 1,3 million et 1,5 million d’endettement. La persévérance qui caractérise son créateur permet de faire économiser aux agriculteurs près de la moitié de ce montant.

Pour moi le métier d’agriculteur est suffisamment noble pour qu’il soit un peu plus considéré

Celui qui se reconnaît volontiers fort gênant pour certains ne ménage pas ses efforts pour venir en aide aux autres qui viennent vers lui. De l’organisation d’un repas en faveur d’un agriculteur tarn-et-garonnais en détresse, à la sollicitation de la préfecture du Gers, il est de tout les combats pour sauver les producteurs de nos campagnes. Ainsi en juin dernier, Catherine Seguin, préfète du Gers a demandé aux Samu Social Agricole «de signaler les cas de grande difficulté, afin de permettre aux intervenants compétents d’agir au plus vite.»

Étranglés par les dettes et la concurrence, ils sont de plus en plus nombreux à mettre fin à leurs jours, alors, l’association s’active pour chercher comment trouver les fonds nécessaires à l’extinction d’un passif devenu trop pesant.

J’ai manipulé une sangle… comment faire le nœud ?

Ainsi à Vic-Fezensac, un agriculteur à deux pas du suicide a pu obtenir l’arrêt des poursuites, après avoir contacté le GAAMIR animé par Michel Bini, rescapé lui aussi de la spirale infernale et le samu social agricole. Endetté à hauteur de 80 000€ dont 40 000€ réclamés par la seule Mutualité Sociale agricole, il revient de loin, après avoir vu l’huissier mandaté par la MSA venir à la ferme. De terrible cette épreuve résonne encore ces mots : “J’ai manipulé une sangle… comment faire le nœud ?”

La MSA, toujours la MSA au centre de la grogne, entre mise en avant de sa cellule de prévention et les ravages de son service de recouvrement, face à des agriculteurs désabusés.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply